WENDENBAUM René, Jean & Antoine

Commentaire (0) Liste des avis de recherche

 

Je recherche toute infor­ma­tion sur René et Jean Wenden­baum de Stras­bourg-Robert­sau.

Fiche WASt de Jean :

img_0005_-_copie.jpg

Fiche WASt de René  :
WENDEBAUM Rena­tus, gebo­ren am 5. April 1921in STRASSBURG
Am 11. Mârz 1944,als SS-Panzer­gre­na­dier der 7. Kompa­nie/ll.SS-P anzer-Grena­dier-Regi­ment 35, 5km südlich Cisterna di Litto­ria /ltalien gefal­len. Grablage : Feld­grab bei Cisterna. Am 4. Juli 1947 umge­bet­tet nach Pome­zia tlta­lie.n, Block H, Grab 945.

D’après les rensei­gne­ments dont je dispose, Jean a enfin été reconnu pour avoir été incor­poré de force et la mention « mort pour la France » va lui être accor­dée (elle lui avait été refu­sée jusqu’en 2016).

Le cas de René est diffé­rent. D’après Nico­las Mengus : » Né en 1921, il meurt au sein de la divi­sion Waffen-SS « Reichsfüh­rer-SS » dans laquelle se sont retrou­vés de nombreux Alsa­ciens incor­po­rés de force, mais de la classe 1926. Il faudrait savoir comment il s’est retrouvé dans cette unité et, malheu­reu­se­ment, la WASt (qui l’a enre­gis­tré sous Wende­baum) ne nous renseigne pas, ni le BAVCC.
Si l’on se fonde unique­ment sur sa date de nais­sance et son unité, on en conclura qu’il s’agit d’un enga­ge­ment volon­taire, puisque la classe 21 a été appe­lée (toujours sous la contrainte) le 15 janvier 1943 dans la Wehr­macht. Mais l’ex­pé­rience a prouvé à maintes reprises qu’il existe des excep­tions et on peut envi­sa­ger que votre oncle René pour­rait en être une. De nombreux Alsa­ciens et Mosel­lans ont été versés dans la Waffen-SS après avoir effec­tué une période dans la Wehr­macht et sans qu’on leur ait demandé leur avis. Mais, pour beau­coup, l’équa­tion Waffen-SS = volon­taires, bien qu’à nuan­cer très forte­ment, reste une vérité qui engendre de nombreuses conclu­sions hâtives et d’injus­tices.
Il existe d’autres cas liti­gieux où la mention « mort pour la France » a été attri­buée ou pas à des non-rentrés ».

Mes recherches actuelles tendent effec­ti­ve­ment vers un enga­ge­ment volon­taire. Malheu­reu­se­ment, j’en ignore les circons­tances et, surtout, les moti­va­tions réelles.

Merci pour tout rensei­gne­ment complé­men­taire.

Jean-Marie WENDENBAUM

jm.wenden­baum@­wa­na­doo.fr

Pierre Lind

a.e.pierre.lind@­wa­na­doo.fr

* Préci­sions et fiche du VDK (sous le nom de Jean Wenden­bauer , tout comme sur son acte de décès à l’état-civil de Stras­bourg) trans­mises par Claude Herold  : ces deux hommes sont absents des listes connues, y compris celles de pertes de l’ar­mée française. Etant morts au combat, ils ne figurent pas non plus au DRK.

Johann Wenden­bauer

Johann Wenden­bauer ruht auf der Krieg­sgrä­berstätte in Char­kow.

Endgra­blage: Block 12 Reihe 30 Grab 5366

Nähere Infor­ma­tio­nen zu diesem Fried­hof erhal­ten Sie hier.

Name und die persön­li­chen Daten des Oben­ge­nann­ten sind auch im Gedenk­buch der Krieg­sgrä­berstätte verzeich­net.

Nach­name:Wenden­bauer

Vorname:Johann

Dienst­grad:Schütze

Geburts­da­tum:12.11.1924

Geburt­sort:Straß­burg

Todes-/Vermiss­ten­da­tum:28.03.1943

Todes-/Vermiss­te­nort: San.Kp. 2/542 Orts­laz. Amwros­sijewka

thumb_fh1_bcd84853aa.jpgCime­tière de Char­kow (Photo Volks­bund)

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Après les parcours de Jean et René WENDENBAUM, voici celui de leur frère Antoine.

    Né en 1922, il a connu l’éva­cua­tion en Dordogne où il a terminé ses études et obtenu le CPA de ferblan­tier. De retour à Stras­bourg, il a exercé sa profes­sion qui lui a permis de parti­ci­per à la couver­ture de la gare de Stras­bourg.

    Du 13 octobre 1941 au 28 mars, il a été au R.A.D..

    Conseil de révi­sion le 12 septembre 1942

    Incor­po­ra­tion dans la Wehr­macht le 14.10.1942 et affecté à la Stammkp./Inf.Ers.Batl.63

    Le 31.12.1942, muté à la 147. Gren. Divi­sion, puis le 8.1.1943 à la 1.KP./Res.Gren.Batl.63

    Le 6.12.1943, blessé aux bras et au menton, sur le front russe à BELOSCHIZY

    Evacué sur le Krieg­sla­za­rett CHERITCOWA, puis trans­féré au Reser­ve­la­za­rett BRESLAU.

    Le 12.2.1944, muté à titre admi­nis­tra­tif au Gren.Ers.Batl.63K

    Rapa­trié en France début juillet 1945

     

    Voilà l’his­toire du troi­sième frère WENDENBAUM qui est certes revenu, mais profon­dé­ment meur­tri.

    Ce n’est qu’a­près de longues et nombreuses démarches que ses bles­sures de guerre furent homo­guées par le minis­tère de la défense et qu’il a pu obte­nir le statut de Grand Inva­lide de Guerre.

     

    En conclu­sion, on pourra médi­ter sur la triste desti­née de cette famille qui, comble de malheur, a de surcroît perdu sa maison lors du bombar­de­ment de Stras­bourg le 11 août 1944…

     

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *