FABER Jean et Paul

Commentaire (0) Portraits de Malgré-Nous

 

faber_jean.jpgJean Faber (* Stras­bourg 20.2.1928). Lycéen, il est enrôlé de force, comme Luft­waf­fen­hel­fer, le 27 mars 14944 dans la 6e Schwere Flak­bat­te­rie. Engagé en Alle­magne (Pforz­heim, Munich), il s’évade le 5 mai 1945 et retrouve Stras­bourg le 25 mai 1945.

« Mobi­lisé le 23 mars 1944 avec l’en­semble de ma classe du Fustel de Coulanges (alors Erwin von Stein­bach Schule), nous étions affec­tés à la 6. Schwere Flak­bat­te­rie à Stras­bourg-Musau, près du bassin Vauban. En octobre de la même année, ce fut le trans­fert à Pforz­heim pour repar­tir en décembre à Munich pour la défense de cette ville…. A la mi-avril 1945, toute la défense aérienne de la ville fut dissoute, les canons partirent sur Berlin et les Luft­waf­fen­hel­fer envoyés dans des baraque­mernts mili­taires vides à Mitter­sil, dans le Pinz­gau autri­chien. La hierar­chie mili­taire s’éva­nouit début mai et les initia­tives de chacun prirent le dessus. Me voilà parti à pied au sein d’un petit groupe du camp avec quelques affaires esssen­tiel­les…. Je n’étais donc pas à Pforz­heim en février 1945… ».

faber_paul.jpg Son frère, Paul (* Stras­bourg 19.11.1926) est étudiant à l’Uni­ver­sité de Stras­bourg. Enrôlé de force dans la Krieg­sma­rine, il est envoyé au Dane­mark. Il est mort en mer, au large d’Hel­sin­gor (Else­neur), le 20 avril 1945. Il est inhumé au cime­tière d’Hel­sin­gor.

« Elève brllant au lycée Fustel, mon frère Paul avait obtenu l’Abitur au début de l’été 1944 et suivait à l’Uni­ver­sité de Stras­bourg un cours de litté­ra­ture françai­se… En septembre 44, il reçut son ordre de rejoindre la Krieg­sma­rine à Stral­sund (Pomé­ra­nie) pour rece­voir sa forma­tion de base. Il faut savoir que mon frère était un bon spor­tif aux yeux bleus et était harcelé les deux dernières années au lycée par des recru­teurs tenaces pour signer un enrô­le­ment dans les Waffen-SS et pour s’en libé­rer avait demandé une muta­tion dans la Krieg­sma­rine… Le 12 octobre, il fut admis à l’hô­pi­tal miltaire de Wester­land, sur l’île de Sylt, pour soigner une scar­la­tine, mala­die consi­dé­rée comme très conta­gieuse à cette époque. Il y séjourna jusqu’au 22 novembre 44 pour rejoindre la Krieg­sma­ri­nes­chule à Flens­burg (Schles­wig-Holstein). Il fut affecté à partir de début février 45 sur l’Ost­mark, poseur de mines alle­mand opérant dans la mer du Katte­gat. C’est dans la nuit du 20 au 21 avril 1945 que le bâti­ment fit naufrage lors d’une attaque aérienne alliée…Nau­frage et décès de mon frère attésté par un Malgré-Nous, Jules Wucher, qui se trou­vait dans le même secteur sur un autre poseur de mines… Ce Malgré-Nous était le fils du profes­seur de français de notre jeune frère qui rapporta cette triste nouvelle à nos parents en rentrant de classe en septembre 1946… ».

* Fiche de la Région Alsace :

Paul Joseph FABER

Origine

Nom FABER
Prénom Paul Joseph
Prénom usuel Paul
Date de nais­sance 19 novembre 1926
Lieu de nais­sance Stras­bourg (Bas-Rhin) – France
Lieu de rési­dence Stras­bourg (Bas-Rhin) – France
Incor­poré de force dans la Wehr­macht

Dispa­ri­tion – Décès

Date de décès 21 avril 1945
Lieu de décès Helsin­gor – Dane­mark
Circons­tances de décès Inconnu
Mention Mort Pour La France Accordé

Sources

CAEN – Fichier des Incor­po­rés De Force (IDF) « Morts Pour La France » (BAVCC-Caen) – version de 2005
CAEN3 – Fichier des Incor­po­rés De Force (IDF) « Morts Pour La France » (BAVCC-Caen) – version de 2007

* Fiche du VDK trans­mise par Claude Herold :

Paul Faber ruht auf der Krieg­sgrä­berstätte in Helsingör./ Däne­mark
Endgra­blage: Reihe 3 Grab 17
Nähere Infor­ma­tio­nen zu diesem Fried­hof erhal­ten Sie hier.
Name und die persön­li­chen Daten des Oben­ge­nann­ten sind auch im Gedenk­buch
der Krieg­sgrä­berstätte verzeich­net.
Nach­name:Faber
Vorname:Paul
Dienst­grad:Matrose
Geburts­da­tum:19.11.1926
Todes-/Vermiss­ten­da­tum:21.04.1945

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *