Soli­da­rité normande avec les incor­po­rés de force

Commentaire (0) Actualité

 

Claude Huber, maire de Saint-Hippo­lyte, a accueilli dimanche 17 avril, en compa­gnie du député Jean-Louis Christ, une délé­ga­tion de la SNIFAM (Soli­da­rité normande aux incor­po­rés de force d’Al­sace-Moselle) avec Jean et Nicole Bézard.

L’as­so­cia­tion, dont les recherches ont recensé au moins 150 Alsa­ciens-Mosel­lans, incor­po­rés de force dans l’ar­mée alle­mande ayant pu s’éva­der grâce à l’aide de Normands lors des combats après le Débarque­ment, a tenu son assem­blée géné­rale dans cette loca­lité viti­cole du Haut-Rhin.

Parmi les témoi­gnages recueillis lors de la jour­née de retrou­vailles, celui d’un fils et d’une fille de Malgré nous qui âgé de 17 ans a pu fuir l’ar­mée alle­mande dans un village du bocage en 1944: « Quand nous avons rendu visite au Normand sans qui nous ne serions pas là, cet homme para­lysé de 90 ans a dit: « Main­te­nant je peux mourir, les Alsa­ciens sont vivants. »

La prési­dente de la SNIFAM, Françoise Closet, mariée à un Normand, a relaté comment son père, jeune incor­poré de force, s’était caché chez une tante à Lièpvre lors d’une permis­sion alors que ses trois copains de Sainte-Croix-aux-Mines « sont repar­tis en Pologne et ne sont jamais reve­nus ».

A Saint-Hippo­lyte, une tren­taine de jeunes (sur les 109 incor­po­rés de force!) n’a pas réin­té­gré ses foyers à la fin de la guerre. En leur mémoire, une plaque « Rue des Incor­po­rés de force » avec des expli­ca­tions a été posée près de la mairie: « Cela fait déjà 10 ans » se rappelle le maire « Et il arrive souvent que des visi­teurs s’ar­rêtent devant! ».

Dimanche, la rue des Incor­po­rés de force attira du public qui chanta la Marseillaise en chœur, de nombreux porte-drapeaux d’as­so­cia­tions patrio­tiques et la délé­ga­tion de la SNIFAM qui déposa une jardi­nière fleu­rie en terre cuite d’Al­sace avec de la terre normande. Un geste symbo­lique qui réunit encore plus les deux régions, comme le jume­lage de Waldol­wi­sheim avec Thaon, près des plages du Débarque­ment. Alors qu’en 2015, les Alsa­ciens s’étaient rendus dans le Calva­dos, les Normands vien­dront bien­tôt en bus dans le Bas-Rhin!

Jean et Nicole Bézard pour­suivent encore leur mission en Alsace, avec des inter­ven­tions en milieu scolaire à Benn­wihr et Schil­ti­gheim.

M.G-L

snifam_1_-_copie.jpg
Jean Bézard, Claude Huber, maire de Saint-Hippo­lyte, Jean-Louis Christ, député, Françoise Closet, prési­dente de la SNIFAM.

snifam_2_-_copie.jpg
Claude Huber, maire de Saint-Hippo­lyte, et les incor­po­rés de force.

snifam_3_-_copie.jpg
Rue des incor­po­rés de force à Saint-Hippo­lyte.

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *