Céré­mo­nie à Ober­nai en hommage aux 130 000 incor­po­rés de force

Commentaire (0) Actualité

 

Dimanche 26 août, la céré­mo­nie orga­ni­sée par l’ADEIF en souve­nir des 130 000 Alsa­ciens et Mosel­lans incor­po­rés dans l’ar­mée alle­mande et des 40 000 morts et dispa­rus a réuni une assem­blée venue faire mémoire, très atten­tive aux discours récla­mant justice pour l’hon­neur des victimes.

 

Quelque 76 ans après la promul­ga­tion du décret d’août 1942 par le Gaulei­ter Wagner, Nicole Bruder, prési­dente délé­guée de l’ADEIF a fait siennes les convic­tions du président René Gall (excusé) sur ce drame encore trop méconnu. Gérard Michel, président de l’OPMNAM (orphe­lins de Malgré-Nous) a rappelé que si la paix est reve­nue, « depuis 1945 nous atten­dons vaine­ment l’acte de contri­tion d’un chan­ce­lier alle­mand. Ils se sont rendus à Oradour mais pas chez nous !  » Celui qui est aussi secré­taire de l’ADEIF a réclamé le béné­fice d’une loi alle­mande de 1997 qui amnis­tie et indem­nise les réfrac­taires et les déser­teurs alle­mands des armées alle­mandes : pourquoi les incor­po­rés de force ne pour­raient ils pas béné­fi­cier des mêmes dispo­si­tions, ayant eux aussi eu à subir les juge­ments iniques des tribu­naux d’ex­cep­tion nazis ? Renée Baudot, nièce d’un Malgré-Nous disparu, a engagé un procès en Alle­magne pour faire recon­naître l’in­cor­po­ra­tion de force comme crime contre l’hu­ma­nité. Elle a demandé à tous les Alle­mands de contac­ter leur député pour que le Bundes­tag vote une loi qui recon­naisse l’in­cor­po­ra­tion de force comme crime contre l’hu­ma­nité. «  On ne peut pas bâtir une Europe avec des non dits » a rappelé le chanoine Kief­fer, ancien Luft­waf­fen­hel­fer enrôlé de force à 16 ans. Jean-Jacques Stahl s’est asso­cié à cette céré­mo­nie du souve­nir pour des soldats obli­gés de porter l’uni­forme d’un pays et d’une cause qui n’était pas les leurs. Cet adjoint ceint de l’écharpe trico­lore repré­sen­tait la commune d’Ober­nai qui avait rénové en 1991 l’im­mense croix blanche au sommet du mont Natio­nal. Symbole visible évoquant toutes les croix manquantes pour les incor­po­rés de force repo­sant dans diffé­rents pays de l’Eu­rope.

M. G-L

 

 

Photos Gérard Andlauer

 

  • Article paru dans « L’Al­sace » du 31.8.18 trans­mis par Raymond Cronen­ber­ger :

87 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *