Assem­blée des orphe­lins d’in­cor­po­rés de force : le combat pour la recon­nais­sance conti­nue !

Commentaires (2) Actualité, Revue de presse

Photo Roger Keck/OPMNAM

 

Article des DNA du 29.2.2024 trans­mis par Claude Herold

Lire l’article

Georges Edouard Haushal­ter – Docu­ment aima­ble­ment trans­mis par la SNIFAM

Commentaire (0) Les incorporés de force face à leur destin, Portraits, Portraits de Malgré-Nous

Georges Edouard Haushal­ter, évadé en Norman­die grâce à M. Tréluyer, culti­va­teur à Pacé. Un récit recueilli et établi par la SNIFAM : Georges Edouard Haushal­ter. SNIFAM

Lire l’article

Emile Kirsch­ner, incor­poré de force prison­nier employé pour le démi­nage – Docu­ments trans­mis par Claude Herold

Commentaire (0) Liste des non rentrés

Lire l’article

LOEB Guillaume Jean, déporté mili­taire – Docu­ment trans­mis par Claude Herold

Commentaire (0) Documents, Liste des non rentrés

Lire l’article

Henri MERTZ, incor­poré de force et poète

Commentaire (0) Les incorporés de force face à leur destin, Portraits, Portraits de Malgré-Nous, Témoignages

« Tout Alsa­cien soucieux de son avenir doit savoir à la fois et le français et l’al­le­mand et le dialecte. Il faut aussi qu’il soit capable de se taire sous n’im­porte quel régime » (Henri Mertz).

Son portrait biogra­phique a été établi et nous a été aima­ble­ment trans­mis par Hugues Hoohs : Biogra­phie de Henri Mertz

 

Lire l’article

A propos des Alsa­ciens et Mosel­lans permis­sion­naires et déser­teurs (fin 1943)

Commentaire (0) Documents, Les incorporés de force, Résistance

3 décembre 1943. Le comman­de­ment de la 18e Armée prend des mesures pour mettre fin aux déser­tions des Alsa­ciens et des Mosel­lans pendant leurs permis­sions. Docu­ment trans­mis par Claude Herold.

 

 

 

Lire l’article

SCHIELE Louis

Commentaire (0) Avis de recherche, Liste des avis de recherche, Liste des non rentrés

Je fais des recherches sur le parcours de Louis Schiele, né à Ammer­­sch­­wihr le 25.10.1920 et demeu­­rant à Orbey. Il faisait partie du 506 Grena­dier-Regi­ment. Le VDK indique comme date de dispa­ri­tion le 1.9.1944 et comme lieu :  Warka Brücken­­kopf / Weich­­sel­­bo­­gen/ Weich­­sel­­brü­­cken­­kopf.

Merci pour tout rensei­gne­ment complé­men­taire.

Jacque­line Groell – jsgroell@g­mail.com

 


Complé­ments trans­mis par Claude Herold

 

 

Sur cette page figurent égale­ment Théo Paul Schmitt et Jean Schutz.

Lire l’article

RAPP Lucien

Commentaire (0) Avis de recherche, Liste des avis de recherche, Liste des non rentrés

 Je fais des recherches sur le parcours de mon grand-oncle Lucien Rapp. Il est né le 8.7.1924 à Châte­nois où il habi­tait. Il a perdu la vie par balle le 19 septembre 1944 à Besange-la-Petite, lors de la bataille d’Ar­ra­court.

Il est réper­to­rié sur le site Mémoire des Hommes :

Lucien RAPP
Mort pour la France le 19–09–1944 (Besange la Petite, 57 – Moselle, France)
Né(e) le/en 08–07–1924 à Chate­nois (67 – Bas-Rhin, France)
20 ans, 2 mois et 10 jours

 

Merci pour toute aide,

Fabienne Rapp – rapp­fa­bien­ne777@g­mail.com

 


Complé­ments trans­mis par Claude Herold

 

 

Lire l’article

BAPST André

Commentaires (4) Avis de recherche, Liste des avis de recherche

  Mon père, Bapst André, né le 26/01/1922 à Illkirch-Graf­fens­ta­den (où il rési­dait), a été incor­poré de force dans un régi­ment de chas­seurs alpins. Je tente de recons­ti­tuer son parcours. Je sais qu’il était en Norvège et ensuite en Grèce avec ce régi­ment et prison­nier en Yougo­sla­vie. Il est rentré en 1945.

Merci pour toute aide.

Fran­cois Bapst

fbapst1@ya­hoo.fr

Lire l’article

Personne ne choi­sit son grand-père, mais chacun choi­sit les produits qu’il achète – Un billet d’hu­meur de...

Commentaire (0) Actualité, Billet d'humeur, Opinion

Le grand jour­nal alle­mand Bild a publié, le 8 février 2024, le dossier des archives de la Wehr­macht qui accable Walde­mar Baer­bock , le grand-père de l’ac­tuelle ministre des Affaires Etran­gères de la RFA, Anna-Lena Baer­bock.

Le grand-père était un nazi incon­di­tion­nel, offi­cier de la Wehr­macht. La ministre dit qu’elle igno­rait qu’il fut un offi­cier hitlé­rien fana­tique. Cela n’est pas crédible (cf : Révé­la­tions gênantes sur le passé nazi de Walde­mar Baer­bock).

Toutes les personnes atten­tives à l’his­toire alle­mande après la Seconde Guerre mondiale savent que l’ Alle­magne n’a jamais été déna­zi­fiée (cf : le livre du profes­seur Alfred Wahl, La seconde histoire du nazisme dans l’Al­le­magne fédé­rale depuis 1945, paru en 2006).

Chacun remarquera que, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans les diffé­rents gouver­ne­ments alle­mands aucun ministre n’a porté le nom de la famille d’un résis­tant alle­mand : personne de la famille de Hans et Sophie Sholl, de Willy Graf, du pasteur Niemöl­ler, du cardi­nal Joachim Degen­hardt, de l’évêque von Galen , des conju­rés du 20 juillet 1944 et d’autres dont j’ai oublié le nom. Il y eu un député CDU du nom de von Stauf­fen­berg, mais la prudence prover­biale de la CDU ne le fit pas ministre !

Au contraire, je ne cite­rai qu’un exemple : celui d’ Ulrich de Maizières (descen­dant de hugue­nots lorrains), géné­ral nazi qui servit dans l’OKW (Haut comman­de­ment de l’ar­mée de terre nazi). Il fut arrêté par les Britan­niques à la fin de la guerre et empri­sonné quelques années en Grande-Bretagne. A sa libé­ra­tion, l’ha­bile chan­ce­lier Konrad Adenauer l’ap­pela à ses côtés pour recons­ti­tuer l’ar­mée alle­mande et il recom­mença une belle carrière dans la Bundes­wehrSon fils Thomas fut ministre à plusieurs reprises dans les gouver­ne­ments prési­dés par la chan­ce­lière Angela Merkel , et notam­ment de la Défense.

Après la guerre, les nazis titu­laires des plus hautes fonc­tions du IIIe Reich furent jugés ou fuirent en Espagne, en Italie du Nord (dans l’ex-Répu­blique de Salo), en Amérique latine ou dans les pays du Moyen-Orient.

Je ne repro­che­rai jamais à Madame Baer­bock le passé de son grand-père, mais je lui reproche son manque de courage. Je vous rappelle qu’ en 2017, le groupe des Verts Alle­mands – dans l’op­po­si­tion à cette date –  m’avait soutenu dans ma demande de recon­nais­sance de l’in­cor­po­ra­tion de force comme crime contre l’hu­ma­nité. Les Verts avaient inter­pellé avec fermeté la chan­ce­lière Merkel.

La réponse de la chan­ce­lière fut menson­gère et minable : pour elle, tout avait été réglé avec les accords Schmidt-Giscard d’Es­taing. Cela est faux. Ces accords indem­ni­sèrent de la somme de 1385 euros les veuves, une somme déri­soire versée pour des « raisons huma­ni­taires ».

Suite à mes diverses inter­ven­tions, Madame Anna-Lena Baer­bock a reconnu en sa qualité de Ministre des Affaires Etran­gères : « que l’In­cor­po­ra­tion de Force des jeunes Français dans la Wehr­macht consti­tuait une grave infrac­tion au droit pénal inter­na­tio­nal, pour ceux qui avaient été obli­gés de combattre sur le sol de leur patrie » (je souligne). Autant dire que cela ne concerne qu’une mino­rité et non la tota­lité des 142 500 « dépor­tés mili­taires » alsa­ciens et mosel­lans.

Je répète ce que j’ai déjà écrit : il n’y a qu’une seule commu­nauté de Malgré-Nous, tous victimes du nazisme. ll est inutile de se cacher derrière des argu­ties juri­diques, selon l’ex­pres­sion du député alle­mand Gregor Gysi, et d’es­sayer de nous divi­ser en créant diffé­rentes classes de combat­tants.

En sa qualité d’Al­le­mande, de petite-fille d’of­fi­cier nazi, par son histoire fami­liale, Madame la ministre Lena Baer­bock dispose de tous les éléments histo­riques pour avoir une connais­sance objec­tive du crime contre l’hu­ma­nité dont nos parents et nos familles furent victimes durant la Seconde Guerre mondiale. En refu­sant cette recon­nais­sance, Madame la ministre est soli­daire de son grand-père.
Nous sommes les victimes oubliées, c’est pourquoi nous devons nous battre avec les armes à notre dispo­si­tion. Amis lecteurs, nous sommes citoyens et consom­ma­teurs. Nous devons pratiquer le patrio­tisme écono­mique : consomme français !
Nous produi­sons d’ex­cel­lents produits dans tous les domaines, de belles voitures, de beaux équi­pe­ments pour la maison, du textile de qualité, des produits de luxe sans oublier notre gastro­no­mie sans égale. Nous dispo­sons de lieux de villé­gia­ture agréables et diver­si­fiés capables de satis­faire les plus exigeants d’entre nous.
Les grandes marques alle­mandes – Mercedes-Bentz, BMW, Bayer, BASF, Hugo Boss, Thys­sen-Krupp, Volks­wa­gen, Allianz – furent toutes au service du régime hitlé­rien. Ache­ter français est un devoir civique envers nos conci­toyens et un devoir moral envers les 40 000 Alsa­ciens et Mosel­lans morts revê­tus de force de l’uni­forme ennemi. La Wehr­macht, au plus fort des combats, ressem­blait plus à un camp de concen­tra­tion à ciel ouvert qu’à une armée d’après les écrits du corres­pon­dant de guerre alle­mand Theo­dor Plie­ver en Union sovié­tique. Les soldats devaient tenir « jusqu’à la victoire finale » dans le froid, la boue, la neige, le ventre vide ou presque.
La lecture des notices des grandes firmes alle­mandes, sur Wiki­pe­dia par exemple, apporte nombre de rensei­gne­ments. La notice d’Al­lianz a retenu toute mon atten­tion. On peut y lire :
– « … Solu­tion fina­le… Allianz fut l’as­su­reur de la plupart des entre­prises nazies, et donc de l’Etat nazi, instal­lées dans les camps de concen­tra­tion ».
– « Compen­sa­tions après 1945… Le jour­nal Der Spie­gel révéla qu’Al­lianz four­nis­sait des polices d’as­su­rances à plusieurs camps de concen­tra­tion dont celui d’Au­sch­witz ».
Sans commen­taires.

 

Renée Baudot, le 21.2.2024

 


Déna­zi­fi­ca­tion. Formu­laire que les troupes d’oc­cu­pa­tion françaises ont fait remplir aux alle­mands dans le secteur français. Docu­ment trans­mis par Claude Herold.

 

 

 

Lire l’article